ISLAM SELON LE CORAN ET LA SUNNA

ISLAM SELON LE CORAN ET LA SUNNA

Les conditions d'acceptation des bonnes actions 3/3

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Lien pour télécharger le dossier complet :


III - La troisième condition: la conformité avec la sounna du Messager d'Allah (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui)



La troisième condition d'acceptation des actes est que l'acte qui est fait soit en conformité avec la sounna du Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) et qu'il ne soit pas une innovation.

a. Les textes montrant que la conformité avec la sounna est une condition d'acceptation des actes

- Allah a dit dans la sourate Al Kahf n°18 verset 110:
« Quiconque espère rencontrer son Seigneur, qu'il fasse des bonnes actions et qu'il n'associe personne à son Seigneur dans son adoration ».


قال الله تعالى : فمن كان يرجوا لقاء ربه فليعمل عملا صالحا ولا يشرك بعبادة ربه أحدا



L'imam Ibn Kathir (mort en 774) a dit dans son Tefsir vol 3 p 1805 : « Quiconque espère rencontrer son Seigneur (c'est à dire son salaire et sa bonne récompense), qu'il fasse des bonnes actions (c'est à dire ce qui est conforme à la législation d'Allah), et qu'il n'associe personne à son Seigneur dans son adoration (c'est à dire l'acte par lequel on recherche le visage d'Allah seul sans associé).
Et ces deux points sont les piliers de l'acte qui est accepté, il faut forcément qu'il soit fait sincèrement pour Allah et en conformité avec la législation de Mouhammad (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) ».

D'après Aicha (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui innove dans notre affaire-ci (*) une chose qui n'en fait pas partie, alors cette chose est rejetée ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°2697 et mouslim dans son Sahih n°1718)

Et dans une autre version: « Celui qui fait un acte sur lequel il n'y a pas notre ordre alors cet acte est rejeté ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1718)

(*) C'est à dire dans notre religion.


عن عائشة رضي الله عنها قال النبي صلى الله عليه و سلم : من أحدث في أمرنا هذا ما ليس منه فهو ردّ

و في رواية : من عمل عملا ليس عليه أمرنا فهو ردّ



L'imam Ibn Rajab Al Hanbali (mort en 795) a dit dans Jami' Al Ouloum Wal Hikam p 96:
« Ce hadith est une base immense parmi les bases de l'islam, de la même manière que le hadith - Les actions ne valent que par leurs intentions - est la balance pour les actes intérieurs, ce hadith est la balance pour les actes extérieurs.
Ainsi de la même manière que tout acte par lequel on ne recherche pas le visage d'Allah ne rapporte aucune récompense à son auteur, tout acte pour lequel il n'y a pas l'ordre d'Allah et de son Messager (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) est rejeté ».

b. Les textes montrant que la bonne intention de la personne et la sincérité ne suffisent pas pour que l'acte soit accepté et qu'il faut avec cela que l'acte soit conforme à la sounna

D'après Anas Ibn Malik (qu'Allah l'agrée), trois personnes se sont rendues vers les maisons des épouses du Prophètes (qu'Allah les agrée toutes) et ont interrogé concernant les adorations du Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui). Quand ils ont été informé c'est comme si ils avaient trouvé que cela était peu et ils ont dit: Où sommes-nous comparés au Messager d'Allah (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui)? Certes Allah lui a déjà pardonné ses péchés passés et futurs.
L'un d'eux à dit: Moi je vais passer toutes mes nuits à prier.
Le second a dit: Moi je vais jeûner tout le temps et je romprai jamais.
Le troisième a dit: Moi je vais m'écarter des femmes et je ne me marierai jamais.
Alors le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) est venu et a dit: « Est-ce vous qui avez dit telle et telle chose? Certes je jure que je suis celui d'entre vous qui a le plus peur d'Allah et celui qui a le plus de taqwa (*) mais moi je jeûne et je romps, je prie et je dors et je me marie avec des femmes. Celui qui s'écarte de ma sounna ne fait pas partie de moi ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5063 et Mouslim dans son Sahih n°1401)

(*) Il s'agit du fait que la personne mette une protection entre lui et le châtiment d'Allah en pratiquant ce qu'il a ordonné et en s'écartant de ce qu'il a interdit.

Personne ne peut douter de la sincérité de ces trois personnes ni de leur volonté de faire ces dures actes d'adoration pour obtenir la satisfaction d'Allah. Malgré cela le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) les a fortement réprimandé car leurs actes n'étaient pas conforme à la sounna.


عن أنس بن مالك رضي الله عنه : جاء ثلاث رهط إلى بيوت أزواج النبي صلى الله عليه وسلم ، يسألون عن عبادة النبي صلى الله عليه وسلم ، فلما أخبروا كأنهم تقالوها ، فقالوا : أين نحن من النبي صلى الله عليه وسلم ؟ قد غفر الله له ما تقدم من ذنبه وما تأخر ، قال أحدهم : أما أنا فإني أصلي الليل أبدا ، وقال آخر : أنا أصوم الدهر ولا أفطر ، وقال آخر : أنا أعتزل النساء فلا أتزوج أبدا ، فجاء رسول الله صلى الله عليه وسلم فقال : أنتم الذين قلتم كذا وكذا ؟ أما والله إني لأخشاكم لله وأتقاكم له لكني أصوم وأفطر وأصلي وأرقد وأتزوج النساء فمن رغب عن سنتي فليس مني



D'après Al Bara Ibn 'Azib (qu'Allah l'agrée), un de mes oncles qui s'appelle Abou Bourda a sacrifié sa odhiya avant la prière alors le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) lui a dit: « Ton mouton est un mouton de viande ».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5556 et Mouslim dans son Sahih n°1960)

Ce compagnon a donc égorgé sa bête du 'Id avant la prière alors que la sounna montre que le sacrifice doit être fait seulement après la prière.
Il a fait cela pour s'empresser d'offrir à manger à ses voisins comme cela est mentionné dans la version de Mouslim. Malgré cette intention louable, le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) l'a informé que sa bête ne pouvait être une odhiya, ceci car le sacrifice n'a pas eu lieu conformément à la sounna.

L'imam Ibn Hajar Al Asqalani (mort en 856) a dit dans Fath Al Bari 10/17 : « Il y a dans ce hadith une preuve que l'acte, même si son intention est bonne, n'est valable que si il est fait en conformité avec la législation ».


عن البراء بن عازب رضي الله عنه : ضحى خال لي ، يقال له أبو بردة ، قبل الصلاة ، فقال له رسول الله صلى الله عليه وسلم : شاتك شاة لحم



D'après Oumrou Ibn Salama Al Hamadani, nous étions assis devant la porte de Abdallah Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) avant la prière du ghadat (1) ainsi lorsqu'il sortait nous marchions avec lui vers la mosquée. Alors Abou Moussa Al Ach'ari (qu'Allah l'agrée) est venu et a dit: Est-ce que Abou Abder Rahman (2) est sortit ?
Nous avons dit: Non pas encore. Alors il s'est assis avec nous jusqu'à ce qu'il sorte.
Lorsqu'il est sortit nous nous sommes levé vers lui et Abou Moussa (qu'Allah l'agrée) lui a dit: Ô Abou Abder Rahman! J'ai certes vu précédemment dans la mosquée une chose que j'ai réprouvé mais je n'ai vu que du bien et la louange est toute à Allah.
Abdallah Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) a dit: De quoi s'agit-il?
Abou Moussa (qu'Allah l'agrée) a dit: Si tu vis tu vas voir. J'ai vu des gens assis en groupe qui attendaient la prière. Dans chaque groupe il y a avait un homme qui avait des pierres dans la main et il disait: - Faites 100 tekbir - alors ils faisaient 100 tekbir, puis il disait: - Faites 100 tehlil - alors il faisaient 100 tehlil, puis il disait: - Faites 100 tesbih - alors ils faisaient 100 tesbih (3).
Abdallah Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) a dit: Et que leur as-tu dit ?
Abou Moussa (qu'Allah l'agrée) a dit: Je ne leur ai rien dit, j'attendais de voir ce que tu en penses.
Abdallah Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) a dit: Pourquoi ne leur as-tu pas ordonné de compter leurs péchés et tu leur aurais alors assuré que cela ne va en rien diminuer leurs bonnes actions !
Alors il a avancé et nous avons avancé avec lui jusqu'à ce qu'il arrive vers l'un de ces groupes, il s'est arrêté vers eux et a dit: Qu'est-ce que cette chose que je vous vois faire ?
Ils ont dit: Ô Abou Abder Rahman ! Ce sont des pierres avec lesquelles nous comptons le tehlil, le tekbir et le tesbih (3).
Abdallah Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) a dit: Comptez plutôt vos péchés ! Car je vous garantie que cela ne diminuera en rien vos bonnes actions. Malheur à vous ô communauté de Muhammad ! Comme votre perte est rapide ! Voici les compagnons de votre Prophète qui sont encore répandus et voici ses habits qui ne sont pas abîmés et ses ustensiles qui ne sont pas cassés (4) ! Je jure par Celui qui a mon âme dans sa main, soit vous êtes sur une voie qui est plus droite que celle de Muhammad (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) ou soit vous avez ouvert une porte d'égarement !
Ils ont dit: Par Allah, ô Abou Abder Rahman, nous n'avons voulu que le bien.
Abdallah Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée) a dit: Et combien de ceux qui veulent le bien ne l'atteignent pas ? Certes le Messager d'Allah (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) nous a informé que des gens allaient lire le Coran mais il ne va pas dépasser leurs gorges. Par Allah je ne sais pas, peut-être que la plupart d'entre vous font partie de ces gens puis il s'écarta d'eux.
Oumrou Ibn Salama a dit: Nous avons vu la plupart de ces gens qui étaient dans ces groupes nous combattre avec les khawarijs le jour de Nahrawan (5).
(Rapporté par Darimi dans ses Sounan n°210 et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha vol 5 p 11)

(1) C'est à dire la prière du sobh.

(2) Il s'agit du surnom de Abdallah Ibn Mass'oud (qu'Allah l'agrée).

(3) Le tekbir signifie le fait de dire Allahou Akbar
Le tehlil signifie le fait de dire La Ilaha Illa Allahou
le tesbih signifie le fait de dire Sobhanallah
le tehmid signifie le fait de dire El Hamdoulilah

(4) C'est à dire que le Messager d'Allah (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) n'est mort que récemment.

(5) Les khawarijs sont une secte égarée qui voient que la personne qui commet un grand péché est un mécréant et qui se rebellent contre les gouverneurs. Il y a eu des combats entre l'armée du compagnon Ali Ibn Abi Talib (qu'Allah l'agrée) et les Khawarij à Nahrawan.


عن عمرو بن سلمة الهمداني قال كنا نجلس على باب عبد الله بن مسعود قبل صلاة الغداة فإذا خرج مشينا معه إلى المسجد فجاءنا أبو موسى الأشعري فقال أخرج إليكم أبو عبد الرحمن بعد قلنا لا فجلس معنا حتى خرج فلما خرج قمنا إليه جميعا فقال له أبو موسى يا أبا عبد الرحمن إني رأيت في المسجد آنفا أمرا أنكرته ولم أر والحمد لله إلا خيرا قال فما هو فقال إن عشت فستراه قال رأيت في المسجد قوما حلقا جلوسا ينتظرون الصلاة في كل حلقة رجل وفي أيديهم حصى فيقول كبروا مئة فيكبرون مئة فيقول هللوا مئة فيهللون مئة ويقول سبحوا مئة فيسبحون مئة قال فماذا قلت لهم قال ما قلت لهم شيئا انتظار رأيك قال أفلا أمرتهم أن يعدوا سيئاتهم وضمنت لهم أن لا يضيع من حسناتهم شيء ثم مضى ومضينا معه حتى أتى حلقة من تلك الحلق فوقف عليهم فقال ما هذا الذي أراكم تصنعون قالوا يا أبا عبد الرحمن حصى نعد به التكبير والتهليل والتسبيح قال فعدوا سيئاتكم فأنا ضامن أن لا يضيع من حسناتكم شيء ويحكم يا أمة محمد ما أسرع هلكتكم هؤلاء صحابة نبيكم صلى الله عليه وسلم متوافرون وهذه ثيابه لم تبل وآنيته لم تكسر والذي نفسي بيده إنكم لعلى ملة هي أهدى من ملة محمد أو مفتتحو باب ضلالة قالوا والله يا أبا عبد الرحمن ما أردنا إلا الخير قال وكم من مريد للخير لن يصيبه إن رسول الله صلى الله عليه وسلم حدثنا إن قوما يقرؤون القرآن لا يجاوز تراقيهم يمرقون من الإسلام كما يمرق السهم من الرمية وأيم الله ما أدري لعل أكثرهم منكم ثم تولى عنهم فقال عمرو بن سلمة فرأينا عامة أولئك الحلق يطاعنونا يوم النهروان مع الخوارج



c. Le consensus des savants sur le fait que la sincérité envers Allah et la conformité à la sounna sont des conditions d'acceptation des actes

L'imam Abder Rahman Ibn Hassan Al Cheikh (mort en 1285) a dit dans Fath Al Majid p 450:
« Il n'y a aucune divergence sur le fait que la sincérité est une condition de validité et d'acceptation de l'acte, de même que la conformité à la sounna ».

Remarque: Les savants mentionnent que pour qu'un acte soit conforme à la sounna du Messager d'Allah (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) il faut qu'il soit conforme dans 6 points.

Cheikh Otheimine a dit dans Al Tawhid Wa Houkm Al Moutaba'a p 25 :
« Le suivi du Messager d'Allah (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) n'est complet qu'avec 6 points:
- que l'adoration soit conforme à la sounna dans sa cause
- dans son genre
- dans son nombre
- dans sa description
- dans son moment
- dans son endroit ».

1er point: la conformité à la sounna dans la cause
C'est à dire que toute personne qui adore Allah par une adoration construite sur une cause qui n'est pas confirmée dans les textes alors cette adoration est rejetée.

Exemple: Une personne va prier pour Allah durant toute la 27 ème nuit du mois de Rajab car elle pense que c'est cette nuit là que le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a fait son ascension nocturne et elle souhaite remercier Allah pour ceci.

Cette prière n'est pas valable car le fait de fêter l'ascension nocturne du Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) n'a aucune source dans la sounna.

2eme point : la conformité à la sounna dans le genre

Exemple: La sounna montre que la bête qui doit être sacrifiée pour le 'Id doit faire partie de l'une des trois familles d'animaux suivantes: les ovins, les bovins, les camélidés.
Ainsi si une personne sacrifie un oiseau ou un poulet alors ce sacrifice n'est pas valable car il n'est pas conforme à la sounna dans son genre.

3eme point: la conformité à la sounna dans le nombre

Exemple: Une personne qui va volontairement faire 4 raka'a (*) dans la prière du sobh afin de mieux adorer Allah.

Cette prière n'est pas valable car elle n'est pas conforme à la sounna dans le nombre, la prière du sobh se fait en 2 raka'a.

(*) unités de prière

4eme point: la conformité à la sounna dans la description

Exemple: Un prieur après avoir commencé sa prière se met immédiatement en inclinaison puis il se relève de l'inclinaison et alors il récite la sourate fatiha.

Cette prière n'est pas valable car elle n'est pas conforme à la sounna dans la description, l'inclinaison doit se faire après avoir récité la sourate fatiha.

5eme point: la conformité à la sounna dans le moment

Exemple: Une personne au lieu de jeûner le mois de Ramadan elle jeûne volontairement le mois de Cha'ban.

Une personne fait la prière du sobh au début de la nuit.

Une personne fait le hajj durant le mois de Rajab au lieu de le faire avec les musulmans durant le mois de Dhoul Hijja.

Ces adorations ne sont pas valables car elles ne sont pas conforme à la sounna dans le moment.

6eme point: la conformité à la sounna dans l'endroit

Exemple: Une personne, au lieu de tourner autour de la ka'ba, veut se rapprocher d'Allah en tournant autour d'une tombe ou autour de la mosquée de son quartier.

Cette adoration n'est pas valable car elle n'est pas conforme à la sounna dans l'endroit, le tawaf (*) ne peut être fait que autour de la ka'ba.

(*) le tawaf est une adoration qui consiste à faire, pour se rapporcher d'Allah, 7 tours autour de la ka'ba.

Lien pour télécharger le dossier complet :


14/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres