ISLAM SELON LE CORAN ET LA SUNNA

ISLAM SELON LE CORAN ET LA SUNNA

Mohammad dans le Nouveau Testament

Il ne fait pas de doute que Jésus a annoncé la venue de Mohammed dans l’évangile. Nous venons de voir les propos de Jésus rapportés à cet effet dans le Coran ; c’est donc une certitude car le Coran est inaccessible à l’erreur du fait qu’il est protégé par Dieu :

« Le faux ne l’atteint de nulle part. » s41 v42 (Foussilat)

« C’est Nous qui avons révélé le Coran et c’est Nous qui le protégeons. » s15 v9 (al-Hijr)

La mention de Mohammed dans les Ecritures est annoncée dans un autre verset de la Sourate al-A’raf :

« Et Ma miséricorde embrasse toute chose ; Je la destine à ceux qui Me craignent, qui font la Zakât et qui croient en Nos signes, à ceux qui suivent le Messager, le prophète illettré qu’ils trouvent mentionné chez eux dans la Torah et l’Evangile, et qui leur recommande le bien, et leur interdit le mal, qui déclare licite pour eux ce qui est bon et illicite ce qui est impur, qui les soulage du fardeau et des jougs qui étaient sur eux » s7 v157

Il résulte de ces énoncés coraniques que Mohammed est bel et bien mentionné dans les Ecritures ; cependant, la disparition ou la dissimulation de l’Evangile authentique, la falsification d’une partie des enseignements de Jésus, les mauvaises interprétations sont des obstacles de nature à nous rendre la tâche difficile.

Mais comme la vérité ne disparaît pas même si elle s’éclipse, il se trouve que cette annonce a pu, grâce à Dieu, survivre aux péripéties de l’histoire et aux manipulations humaines.

En vérité, Jésus a annoncé Mohammed sous différentes appellations et à plusieurs reprises :

10.1 Les Juifs attendaient un Prophète

Les questions posées par les Juifs (Prêtres et lévites) à Jean Baptiste montrent à l’évidence qu’ils attendaient un prophète :

« Qui es-tu ? Interrogèrent Jean Baptiste ! Et il dit la vérité sans la nier : Je ne suis pas le Christ.

Et ils lui demandèrent : Quoi donc ? Es-tu Elie ? Je ne le suis pas.

Es-tu le prophète ? Et il répondit : Non » Jean 1.20-22

Compte tenu de ces questions, il est évident que les Juifs, au temps de jésus, attendaient trois messagers dans l’ordre suivant : Elie, le Christ, le prophète. Les Juifs savaient selon les Ecritures qu’un grand prophète devait venir. Ils connaissaient ses caractéristiques et le lieu même de son apparition, c’est pour cette raison qu’ils l’appelaient le prophète de manière définie, le prophète et non un prophète, sachant qu’il s’agit d’un prophète qui doit être « le sceau des prophètes ». Qui est donc ce prophète qui devait venir après Jésus ? Nous y reviendrons.

10.2 L’approche du royaume des cieux

Qu’est-ce que le royaume des cieux ?

« Or en ces jours-là, paraît Jean-Baptiste, prêchant dans le désert de Judée, et disant : Repentez-vous, car le royaume des cieux s’est approché. » Matthieu 3.1-2 ; Marc 1.15

Le mot royaume des cieux ou royaume de Dieu désigne la révélation, la prophétie, le règne de la loi de Dieu. Ce même mot est employé dans d’autres endroits du Nouveau Testament pour désigner le Paradis. Mais c’est le premier sens qui nous intéresse dans cette démonstration.

Cette prophétie ne vise pas Jésus pour plusieurs raisons :

a) Jésus était là en Galilée lorsque Jean Baptiste prononça cette parole ; si cette prophétie visait Jésus, Jean Baptiste aurait dit : Le royaume des cieux est là au lieu de dire : est proche ou s’est approché.

b) La prophétie implique nécessairement un pouvoir politique. Jésus n’a pas exercé les fonctions de chef politique ou de chef d’Etat ; son message est un message purement spirituel ne comportant pas de lois ni de pouvoir.

c) Jésus lui-même fit le même prêche sur l’approche du royaume des cieux :

« Jésus, ayant appris que Jean avait été livré [...] Dès ce moment, Jésus commença à prêcher et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche » (Matthieu 4.12-17)

« Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple » Matthieu 4.23

« Tels sont les douze que Jésus envoya, après leur avoir donné les instructions suivantes : N’allez pas vers les païens, et n’entrez pas dans les villes des Samaritains ; allez vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Allez, prêchez, et dites : Le royaume des cieux est proche » Matthieu 10.5-8

Ce royaume de Dieu est évoqué dans la vision du roi Nabucadnestar interprétée par Daniel (2.44) ainsi que dans la vision de Daniel concernant le fils de l’homme (Daniel 7.13-14)

Jésus Christ avait enseigné à ses disciples de prier pour que le Règne vienne :

« Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; » Matthieu 6.9-10 ; Luc 11.1-4)

« Car encore très peu de temps, et celui qui vient viendra, et il ne tardera pas. » Hébreux 10:37

A la lumière de ces déclarations, il apparaît clairement que Jean baptiste et Jésus Christ eurent tous deux pour mission entre autres d’annoncer l’approche du royaume des cieux qui viendra après eux.

Jésus a averti les Juifs que le Royaume de Dieu leur sera enlevé et sera donné à une nation qui en rendra les fruits.

« C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits » Matthieu 21.43

Il explique les raisons du transfert du royaume de Dieu par la parabole de la vigne et des vignerons qui détournèrent à leur profit les fruits (Matthieu 21.33-44 ; Marc 12.1-12 ; Luc 20.9-18).

Cette déclaration de Jésus nous permet de mieux comprendre le sens du mot ‘‘Royaume de Dieu’’. En d’autres termes, le royaume de Dieu est la charge ou la fonction que Dieu confie à une nation pour Le faire connaître au monde, pour répandre et appliquer Son message. Cette fonction était confiée aux juifs, mais ces derniers en ont abusé. Ils ont tué les prophètes, transgressé et falsifié la parole de Dieu ; plus grave est le fait de l’avoir dissimulée ; ils l’ont gardée pour eux seulement au lieu de la transmettre aux hommes. Ils ont de ce fait perdu le mérite de ce privilège divin, appelé le royaume de Dieu.

Le royaume de Dieu a été transféré à la nation arabe qui a reçu le message du Coran par l’intermédiaire du Prophète Mohammed.

Ce don est conforme à la promesse de Dieu à l’égard d’Ismaël. Dieu a béni Ismaël et a promis de faire de lui une grande nation : « Voici, je le bénirai, je le rendrai fécond, et je le multiplierai à l’infini ; il engendrera douze princes, et je ferai de lui une grande nation » Genèse 17.20

« Dieu entendit la voix de l’enfant ; et l’ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit : qu’as-tu Agar ? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l’enfant dans le lieu où il est. Lève-toi, prend l’enfant, saisis-le de ta main ; car je ferai de lui une grande nation » Genèse 21.17-18

Quelle est donc cette grande nation ? C’est la nation de l’Islam et du prophète Mohammed (psl)

Dans un autre passage, Dieu dit : « Je ferai aussi une nation du fils de ta servante ; car il est ta postérité » Genèse 21.13

Le fils de la servante d’Abraham est Ismaël. La nation qui est sortie de lui est la nation arabe et la nation arabe a engendré Mohammed.

En fait, Dieu a procédé à un juste partage du temps de gestion de son royaume par les Juifs et les Arabes qui sont les descendants des deux fils d’Abraham. Les juifs avaient en quelque sorte le monopole de la prophétie, c’est-à-dire du royaume de Dieu depuis Moïse jusqu’à Jésus.

Depuis Mohammed, le royaume de Dieu se trouve dans la nation arabe. Il semble qu’en terme de temps, Dieu ait procédé à un partage équitable entre les descendants d’Isaac et les descendants d’Ismaël, autrement dit entre les Juifs et les Arabes. Jésus a servi et servira, lors de son retour, d’interface entre les deux périodes de règne du Royaume de Dieu.

10.3 Le fils de l’homme

Le mot fils de l’homme est mentionné 235 fois dans la Bible. Ce titre est appliqué à des prophètes comme Ezéchiel (Ez 2.1), Daniel (Daniel 8.17) et à l’homme d’une manière générale. Jésus est aussi appelé « Fils de l’homme » dans de nombreux passages de l’Evangile.

Ce titre est également employé pour désigner un personnage qui viendra après Jésus qui établira le règne éternel ou le royaume de Dieu.

Le Prophète Daniel évoque ce personnage qui sera suivi par les peuples, les nations et les hommes de toutes les langues et auquel on donna la domination, la gloire et le règne :

« Je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu’un de semblable à un fils de l’homme ; il s’avança vers l’ancien des jours, et on le fit approcher de lui. On lui donna la domination, la gloire et le règne ; et tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes les langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit » Daniel 7.13-14

Le sens de l’expression « les nations, et les hommes de toutes les langues le servirent » réside dans le fait que tout musulman, à chaque prière, bénit le nom de Mohammed et lui adresse le salut. Les musulmans de tous bords et de toutes langues prient sur le Prophète Mohammed matin et soir au cours des fêtes religieuses ainsi que des cérémonies de mariages, de naissances, de décès ; ils prononcent la formule (Paix et Salut sur lui) chaque fois que son nom est mentionné.

Jésus a parlé de ce même fils de l’homme à plusieurs occasions :

« Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Je vous le dis, en vérité, vous n’aurez pas achevé de parcourir les villes d’Israël, que le fils de l’homme sera venu » Mt 10.23

Comme d’habitude, les chrétiens disent que cette prophétie concerne Jésus. Alors que cette affirmation est totalement démentie par la réalité.

a) Mohammed étant venu, Jésus n’est pas encore venu

La prophétie dit que le fils de l’homme sera venu avant que les disciples n’aient achevé de parcourir les villes d’Israël.

Or, la question est simple : Est-ce que Jésus est venu avant que les disciples n’aient achevé de parcourir les villes d’Israël ? La réponse est non !

Qui est venu alors depuis que Jésus est parti ? Le Prophète Mohammed !

Une autre preuve que la prophétie ne s’applique pas à Jésus réside dans l’emploi du verbe venir et non revenir. Il est bien dit « que le fils de l’homme sera venu ». Si c’était Jésus qui est visé, il aurait dit « sera revenu » ou « sera de retour », puisque pour Jésus, il s’agirait d’un retour et non pas d’une venue.

b) La navette des anges qui montent et descendent sur le fils de l’homme

« En vérité, en vérité, vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme » Jean 1.51

Il s’agit d’une part de l’Ange Gabriel qui faisait la navette entre Dieu et Mohammed à l’occasion de la révélation du Coran, et d’autre part des Anges qui descendent chaque année durant la nuit du Destin pour assister les musulmans dans leur veillée de prière et de récitation du Coran. Aussi, lors des batailles menées par le Prophète Mohammed, les anges montaient et descendaient du ciel afin d’y prendre part.



31/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres