ISLAM SELON LE CORAN ET LA SUNNA

ISLAM SELON LE CORAN ET LA SUNNA

Est-il permis à l’homme de s’attribuer le rôle de juger les actions des autres en toutes situations ?

Question :
 
Est-il permis à l’homme de s’attribuer le rôle de juger les actions des autres en toutes situations ?
 
Dans quel cas est-il permis légalement au musulman de dire : Untel est mauvais, untel est sincère etc. …. ?
 
Réponse :
 
Il n’est pas permis à l’individu de se proclamer juge, portant des jugements de valeur sur les actions des autres, alors qu’il oublie ses propres actions.
 
L’homme est tenu de s’interroger sur ses propres défauts d’abord avant de regarder ceux des autres.
 
En revanche, si le musulman s’emploie à exhorter ses frères à faire le bien et à s’abstenir de faire le mal, cela constitue une œuvre méritoire.
 
Dans ce cas, on aura tort de dire : Untel s’est proclamé juge des gens.
 
Allah exalté soit Il a dit (traduction rapprochée) :
 
"Les croyants ne sont que des frères. Etablissez la concorde entre vos frères" (sourate al Hujurât verset 10)
 
Et le prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit :
 
"Les croyants sont comparables à un édifice dont les éléments se tiennent mutuellement"
 
(hadith rapporté par Al Bukhari numéro 2446 et Muslim numéro 2585)
 
Le Très Glorieux a dit aussi (traduction rapprochée) :
 
"Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgressions" (sourate al Mâ’idah verset 2)
 
Le prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit également :
 
"La religion est exhortation.
 
A qui demandèrent ses compagnons.
 
Il répondit : pour la cause d’Allah, pour Son livre saint, pour Son messager, pour les guides des musulmans ainsi que pour la communauté musulmane tout entière."
 
(Hadith rapporté par Muslim numéro 55)
 
Le prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit aussi :
 
"Aucun d’entre vous ne sera un vrai croyant que lorsqu’il aime pour son frère musulman ce qu’il aime pour lui-même"
 
(hadith rapporté par Al Bukhari numéro 13 et Muslim numéro 45)
 
Le musulman doit donc s’appliquer à se corriger avant de rechercher à exhorter les autres.
 
De même, toute œuvre visant à réformer les autres doit se faire dans l’amour du prochain et sa sincère exhortation, et nullement dans le but de rabaisser ou de guetter ses défauts pour les dévoiler, car cela est formellement interdit par l’islam.
 
Il faut donc que cette action soit entreprise par amour du bien pour les autres.
 
Quant au fait de dire : "Untel est mauvais et untel est sincère etc."
 
Il ne convient pas au musulman, selon les enseignements de l’islam, de tenir des propos diffamatoires à l’égard de son frère musulman, sauf s’il est connu pour sa déviation et ses mauvaises intentions.
 
En effet, si le musulman sait bien qu’une telle personne est d’une déviation manifeste et perversité profonde, il peut en avertir les autres pour qu’ils puissent être à l’abri de ses manœuvres malsaines et prendre leurs précautions à son égard, ce qui relève donc d’un intérêt d’ordre religieux.
 
En revanche, il est interdit de dire du mal des autres dans le seul but de les critiquer et les rabaisser, car cela correspondrait à une attaque purement personnelle qui ne renferme aucun intérêt d’ordre religieux.
 
Il est de fait qu’il n’est pas facile de porter un jugement de valeur sur les autres, car cela exige mûre réflexion et vérification de la vérité.
 
Il faut donc se garder de se baser sur ses propres impressions, conformément aux enseignements de ce verset coranique (traduction rapprochée) :
 
"O vous qui avez cru ! Evitez de trop conjecturer sur autrui car une partie des conjectures est péché. Et n’espionnez pas, et ne médisez pas les uns des autres" (sourate Al Hujurât verset 12).
 
De même, le musulman est tenu de ne pas se fonder sur une information donnée par un pervers, comme nous l’ordonne cette parole d’Allah exalté soit Il (traduction rapprochée) :
 
"O vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair (de crainte) que par inadvertance, vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par-là suite ce que vous avez fait" (sourate AL Hujurât verset 6)
 
Ce verset nous indique clairement que l’on doit écarter toutes les mauvaises opinions et éviter de juger par pure conjecture.
 
Dans le même sens, l’on ne doit pas accepter les informations reçues sans vérification et mûre réflexion. De plus, l’on est de ne juger les gens qu’en connaissance de cause.
 
Il faut donc se doter d’un savoir suffisant en matière religieuse pour pouvoir juger les comportements des autres à partir d’actes concrets.
 
En revanche , il n’est pas permis de porter un jugement de valeur sur les agissements des autres lorsque l’on est dépourvu d’un savoir religieux suffisant .
 
De manière générale, le musulman doit se garder de se prononcer sur des choses à propos desquelles il n’a aucune science.
 
A ce propos, le Très Haut a dit (traduction rapprochée) :
 
"Et ne poursuit pas ce dont tu n’as aucune connaissance. L’ouïe, la vue et le cœur : sur tout cela, en vérité, on sera interrogé" (sourate Al ‘Isra verset 36).
 
Il a aussi dit exalté soit Il (traduction rapprochée) :
 
"Dis : Mon seigneur n’a interdit que les turpitudes (les grands péchés) , tant apparentes que secrètes , de même que le péché , l’agression sans droit et d’associer à Allah ce dont Il n’a fait descendre aucune preuve , et de dire sur Allah ce que vous ne savez pas" (sourate Al A’raf verset 33).
 
Il en résulte donc que tout musulman qui ne possède pas de connaissances suffisantes doit s’abstenir de prononcer des jugements qui ne sont fondés que sur une pure supposition, ou sur son opinion personnelle ou encore sur ses passions.
 
En effet, l’un doit s’abstenir d’un tel agissement car le problème est grave.
 
Et nous devons tenir compte du fait que lorsque le croyant accuse son frère musulman d’une chose dont il est innocent, ou lui attribue un mauvais caractère de manière fausse, cette calomnie retournera certainement contre l’accusateur.
 
C’est ce que nous confirme ce hadith authentique :
 
"Toute personne qui maudit quelqu’un sans raison valable, la malédiction retombera sur lui mêmes"
 
(hadith rapporté par Abû Dâwûd numéro 4908 et at tirmidhi numéro 1978).
 
Le musulman est donc tenu de s’écarter de ses mauvais agissements.
 
De mêmes, il doit avoir la connaissance et la clairvoyance nécessaires qui lui permettront de juger ses propres agissement avant de juger ceux des autres.
 
De plus, il est tenu d’éviter toute précipitation et de s’assurer avant de se prononcer sur les actes des autres.
 
source le livre : Kitâb ad Da’wah le livre de la prédication vol 2 page 168-17


28/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres