ISLAM SELON LE CORAN ET LA SUNNA

ISLAM SELON LE CORAN ET LA SUNNA

quel est la croyances des "rawafids-chiites" envers le noble coran

Quelle est la croyance des « rawafidhs » envers le Noble Coran ?

Les « rawâfidhs », qu’on dénomme de nos jours par chiites, disent que le Coran que l’on possède n’est pas celui qui fut révélé à Mohammed –Paix et Salut sur lui, mais qu’il a été altéré, modifié et qu’on a opéré des rajouts et des suppressions.

           La majorité des traditionnistes chiites croient à la manipulation du texte coranique, comme l’a mentionné Al Noury Al Tabarsy dans son ouvrage « La parole décisive concernant la manipulation du Livre du Maître de l’univers[1] »

           Mohammed ibn Yaqoub Al Koulayni, dans son livre « Les fondements du Kâfy » au chapitre «  N’ont codifié le Coran en son entier que les imams », rapporte que Jâbir a dit : « J’ai entendu Abou Jaafar dire : Celui qui prétend avoir réuni tout le texte coranique , comme Allah l’a révélé, est un menteur. Ne l’a réuni et appris par cœur comme il a été révélé qu’Ali ben Abi Tâlib et les imams après lui[2] »

          Jâbir rapporte qu’Abou Jaafar – sur lui la Paix– a dit : Personne ne peut prétendre qu’il a en sa possession le Coran en entier sauf les « awsiyyah »(imams mandatés)[3].

           Hichem ibn Sâlem rapporte qu’Abou Abdallah – sur lui la Paix- a dit : Le Coran transmis à Mohammed  - Paix et Salut sur lui – par Jibril – Paix  sur lui – comprend 17 000 versets[4] » Ce qui signifie que le Coran que les « rawâfidh » prétendent détenir est supérieur à celui qui est entre nos mains et dont Allah a fait promesse de le préserver par trois fois !! Qu’Allah nous préserve d’eux.

             Ahmed Al Tabarsy, dans son livre « L’argumentation » rapporte que Omar a dit à Zeyd ben Thâbet : «  Ali détient un coran où les bassesses des mecquois immigrés ( mouhajirin ) et ceux qui les ont assistés (ansârs) sont mentionnées.  J’ai donc pensé qu’il était bon d’écrire le coran et de supprimer ce qui y est mentionné en guise d’infamies et d’outrages à l’encontre des muhâjirin et des ansârs ». Zeyd répondit favorablement à la proposition de Omar mais il dit : « Si je termine de le codifier selon vos instructions et qu’Ali rende public le coran qu’il détient, alors ce que l’on a fait sera voué à l’échec ? » Omar dit : « Quelle ruse adopter ? » Zeyd lui répondit : «  Vous êtes à même de savoir la ruse ! » Omar dit alors : «  La ruse n’est autre que de le tuer et d’en finir avec lui ». Omar  complota donc de le faire tuer par Khalid ibn Al Walid mais il échoua.

           Lorsque Omar devint calife, il demanda à Ali de lui remettre le coran qu’il détenait et ceci afin de procéder à des manipulations au niveau du texte. Omar dit : « Abou al Hassen (Ali ) veux-tu me remettre l’exemplaire du coran que tu as exhibé à Abu Bakr afin que nous nous mettions d’accord à son sujet ? » Ali dit : « il ne m’est pas possible de vous le remettre. Je l’ai présenté à Abu Bakr afin de désapprouver ce dernier et pour qu’au Jour de la résurrection vous ne diriez pas : [  Nous étions dans l’ignorance de tout cela ] chap. 7 v. 172 ou encore [ après ta venue ] ch. 7, v. 129. Ce Coran que je possède ne le touchent que ceux qui sont purifiés et les mandatés (awsiyyah) parmi ma descendance. Omar lui dit : « Quand viendra le moment de sa divulgation ? Ali lui répondit : «  lorsqu’ apparaîtra le « qâim » de ma descendance, il le divulguera et  imposera aux gens de l’observer[5] »

            Bien que les chiites affichent un désaveu pour dissimuler leur croyance ( taqiyyah) établie dans l’ouvrage d’Al Noury Al Tabarsi, il n’en demeure pas moins que le livre se base sur des centaines de versions prélevées dans les ouvrages de référence de leurs savants. L’œuvre de Al Tabarsy est bien une confirmation qu’ils sont convaincus de la manipulation du texte sacré mais ils évitent d’en parler pour qu’il n’y ait pas une levée de boucliers à leur encontre.

         Après cela, nous ne pouvons que constater  la présence de deux versions du Coran : une connue et une autre cachée dans laquelle est inséré un chapitre intitulé «  l’allégeance ». Les chiites prétendent aussi, comme il est rapporté dans le livre « La parole décisive concernant la manipulation du Livre du Maître de l’univers » d’Al Noury Al Tabarsy, que le verset suivant a été supprimé : « N’avons-Nous pas dilaté ta poitrine par le souvenir d’Ali, ton gendre » chap. 94 v.1 sans être pour autant dérangé par le fait que le chapitre en question est mecquois et qu’à ce moment là, Ali n’était pas encore le gendre du Prophète –Paix et Salut  sur lui.


[1] « Faslu al-khitâb » hussein ben Muhammed Taqy An-noury At-tabarsy p. 32

[2] « Usul Al-Kafy » Al-Kulayni v. 1 p. 228

[3] « Usul Al-Kafy » Al-Kulayni v. 1 p. 285

[4] « Usul al-qâfy » Al-Kulayni v. I  p. 634. Leur maître Al-majlisy a confirmé ces propos.  En son livre «  le miroir des entendements » v. 12  p. 525 la tradition est fiable. Puis il dit : Cette tradition est authentique et il n’échappe pas que cette tradition et beaucoup d’autres authentiques sont claires quant aux suppressions opérées et manipulations du texte coranique. Toutes ces traditions rapportées en ce chapitre sont considérées comme multilatérales, selon moi.

[5] « Al-ihtijâj » ( L’argumentation)  p. 225 et « Fasl al-khitâb » p. 7

 



30/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres