ISLAM SELON LE CORAN ET LA SUNNA

ISLAM SELON LE CORAN ET LA SUNNA

Tafsir de Sourate 5 verset 50

Tafsir de Sourate 5 verset 50

 

 

Allah -Sobhanahou wa Ta‘ala- dit :

 

 

« Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent ? Qu'y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme ? » Sourate 5 verset 50

 

 

Tabari dit :

« Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent ? Qu'y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme »

 

Il dit, que Son rappel soit exalté : Ces Juifs qui te demandèrent ton jugement mais qui n’en furent pas satisfaits alors que ton jugement à leur égard était impartial, souhaitent-ils le jugement de l’Ignorance (jâhiliyya), c’est-à-dire les jugements des associateurs adorateurs d’idoles, alors qu’ils disposent du Livre d’Allah qui contient la preuve de la vérité du jugement qui leur fut réservé et qui est certes la vérité authentique qu’il n’est pas permis de contredire ?

Puis Il dit, que Son rappel soit exalté, menaçant ceux des Juifs qui refusèrent d’accepter le jugement du Messager d’Allah, qu’Allah lui accorde la bénédiction et la paix, qu’il soit en leur faveur ou à leur détriment, et qualifiant d’ignorance leur manière d’agir. Et qui est celui qui a un jugement meilleur, ô peuple juif, que celui d’Allah, que Son rappel soit exalté, pour quiconque a la conviction de l’unicité absolue et de la Seigneurie d’Allah ? Il dit, que Son rappel soit exalté : Quel jugement est meilleur que le jugement d’Allah, si vous êtes convaincus d’avoir un Seigneur, et si vous êtes partisans et défenseurs de l’unicité ?

 

Pour étayer ce que nous avons dit à ce sujet, Mujâhid a dit :

« Muhammad ibn ‘Amrû nous a raconté, d’après Abû ‘Âsim, d’après ‘Îsâ, d’après Ibn Abî Najîh, d’après Mujâhid, au sujet de la parole d’Allah : « Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent ? […] » : Il s’agit des Juifs.

 

Al-Hârith nous a raconté, d’après ‘Abd al-‘Azîz, d’après Shaykh, d’après Mujâhid : « Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent ? […] »: Il s’agit des Juifs. »

 

Ibn kathir dit :

 

« Dans Sa parole, qu’Il soit exalté : « Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent ? Qu'y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme ? », Il désavoue, qu’Il soit exalté, quiconque sort du jugement d’Allah — qui est l’arbitre suprême qui inclut tout le bien, Celui qui interdit tout mal — et se conforme a ce qu’il a constitué comme opinions, passions et conventions établies par les hommes, sans aucun lien avec la Loi d’Allah (sharî‘a). C’est selon de tels critères que les gens de la Jâhiliyya rendaient leurs jugements : des égarements et des ignorances qu’ils instituent avec leurs opinions et leurs passions ; et c’est selon de tels critères que les Tatars rendaient leurs jugements : les institutions impériales héritées de leur roi Gengis Khan qui leur légua al-Yâsiq, qui est un livre consistant en une sorte de compilation de lois empruntant à divers systèmes juridiques — les juridictions juives, chrétiennes, islamiques, etc. On y trouve beaucoup de jugements qui découlent de son seul point de vue et de ses passions, et qui devinrent pour ses héritiers une législation durable et suivie à laquelle ils donnaient préséance sur le jugement selon le Coran et la Sunna du Messager d’Allah, qu’Allah lui accorde la bénédiction et la paix. Ainsi, quiconque parmi eux agissait de la sorte était un mécréant qu’il convenait de combattre jusqu’à ce qu’il revienne au jugement d’Allah et de Son Messager. En effet, aucun jugement ne saurait être rendu sans cela, que l’affaire soit d’importance mineure ou majeure.

Il dit, qu’Il soit exalté : « Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent ? […] », C’est-à-dire : qu’ils souhaitent et qu’ils veulent, et selon lequel ils modifient le jugement d’Allah, « […] Qu'y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme ? », C’est-à-dire : qui serait plus juste dans son jugement qu’Allah pour quiconque conçoit sa loi selon Allah, croit en Lui et a la conviction et la connaissance qu’Allah est le juge suprême, et qu’il est envers Sa Création plus miséricordieux encore que ne l’est une mère envers son fils ? En effet, Il est Celui, qu’Il soit exalté, qui a connaissance de toute chose, qui a le pouvoir sur toute chose, qui est juste en toute chose.

 

Ibn Abî Hâtim a dit : Mon père m’a raconté, d’après Hilâl ibn Qayyâd, d’après Abû ‘Ubayda al-Nâjî : J’ai entendu al-Hasan dire : « Quiconque juge selon un jugement autre que celui d’Allah, ce jugement est celui de l Jâhiliyya. »

 

Yûnus ibn ‘Abd al-A‘lâ nous a informé d’après ce que nous avons lu de lui, d’après Sufyân ibn ‘Ayîna, d’après Ibn Abî Najîh : Lorsqu’un homme posa à Tâwûs la question suivante : « L’un de mes fils doit-il être favorisé ? », celui-ci récita : « Est-ce donc le jugement du temps de l'Ignorance qu'ils cherchent ? […] »

 

Al-Hâfiz Abû al-Qâsim al-Tabarânî a dit : Ahmad ibn ‘Abd al-Wahhâb ibn Najda al-Khûtî m’a raconté, d’après al-Yamân al-Hakam ibn Nâfi‘, d’après Shu‘ayb ibn Abî Hamza, d’après ‘Abd Allah ibn ‘Abd al-Rahmân ibn Abî Husayn, d’après Nâfi ‘ ibn Jubayr, d’après Ibn ‘Abbâs : Le Messager d’Allah, qu’Allah lui accorde la bénédiction et la paix a dit : « Le plus détestable des individus envers Allah, qu’Il soit glorifié et exalté, est celui qui désire adjoindre à l’Islam les coutumes de la Jâhiliyya, qui revendique indûment un droit sur le sang des siens, afin que lui soit livré son adversaire pour qu’il fasse couler son sang. »

De surcroît, al-Bukhârî a raconté environ la même chose, d’après Abû al-Yamân selon sa chaîne de transmetteurs. »

 

 

 

 



21/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres